Déclaration du FOCODE suite aux manifestations du pouvoir où des slogans contre le président du FOCODE étaient lancés

«Oui à la paix, NON à la manipulation et à l’appel au lynchage !»

En date du 28 Février 2015, le Gouvernement du Burundi a organisé des marches manifestations populaires à travers tout le pays en vue de, a annoncé le maire de la ville de Bujumbura, « soutenir la paix ». Dans les discours qui ont été prononcés par les différents officiels du Gouvernement, certaines catégories de citoyens et certains citoyens à titre nominatif ont été cités comme entraves à la paix et fauteurs de troubles. Il s’agit de certaines radios privées, certaines organisations de la société civile et Pacifique NININAHAZWE. Le FOCODE a été scandalisé d’entendre des slogans appelant à un vrai lynchage lancés par des manifestants en faveur de la paix parmi lesquels des officiels de l’Etat comme des administrateurs communaux, des gouverneurs de province, des hauts fonctionnaires, des ministres du gouvernement, …

Face à cette situation, le FOCODE se trouve dans l’obligation de réagir pour exprimer sa vision des choses :

a) Le FOCODE a été choqué du fait que le Gouvernement puisse organiser des manifestations soi-disant pour soutenir la paix et après dresser les citoyens les uns contre les autres ; c’est indécent, c’est le viol des foules par la propagande politique (comme le dit Serge TCHAKOTINE) ;

b) Le FOCODE comme d’autres organisations de la société civile et les media sont agréés par la loi et travaillent dans le strict respect de la loi. Si dans les activités du FOCODE tel ou tel autre article de loi aurait été violé, pourquoi le gouvernement qui dispose de tous les appareils répressifs use plutôt de la manipulation au lieu de saisir les instances habilitées?

c) Pour le FOCODE, les discours prononcés lors des manifestations de ce samedi ainsi que les slogans qui ont été lancés rentrent dans un processus encore inavoué de déstabilisation et de harcèlement de certaines figures de la société civile burundaise dont Pacifique NININAHAZWE le président du FOCODE, un plan macabre qui s’est amplifié avec les attaques de Murwi et dont la finalité n’est visiblement autre que l’emprisonnement et même l’élimination pure et simple de ces leaders de la société civile et des media indépendants ;

d) Le FOCODE et son président M. Pacifique NININAHAZWE considérons cette stratégie de manipulation et d’appel à la vindicte populaire comme représailles d’une petite clique imbue du pouvoir contre notre engagement auprès d’autres organisations citoyennes à empêcher par des moyens pacifiques et légaux le président NKURUNZIZA de briguer un 3ème mandat inconstitutionnel ;

Face à tout ce qui précède, le FOCODE déclare ce qui suit :

1) Pacifique NININAHAZWE est président et représentant légal du FOCODE. Le FOCODE condamne fermement la stratégie de manipulation et l’appel à un véritable lynchage vis-à-vis de Pacifique NININAHAZWE, des leaders de la société civile et des journalistes burundais ;

2) Le FOCODE demande à l’Etat du Burundi d’arrêter cette dérive dictatoriale et criminelle et de protéger tous les citoyens burundais sans exception aucune et plus particulièrement les défenseurs des droits humains dont les noms ont été cités lors des manifestations de ce samedi ;

3) Le FOCODE prend à témoin tout le peuple burundais et la communauté internationale que si la vie de son président M. Pacifique NININAHAZWE venait à être inquiétée, c’est le Gouvernement du Burundi qui en portera l’entière responsabilité ;

4) Nous rappelons à tous ceux qui feignent de l’ignorer que le FOCODE est une organisation de la société civile regroupant des citoyens responsables dont l’objectif n’est aucunement la conquête et l’exercice du pouvoir politique mais plutôt contribuer à asseoir une bonne gouvernance dans tous les secteurs de la vie nationale ;

5) Le FOCODE réitère enfin son indéfectible détermination à combattre le 3ème mandat du président Pierre NKURUNZIZA par tous les moyens légaux en synergie avec les autres citoyens burundais en vue de défendre notre constitution et notre démocratie. Il serait à la fois sage et visionnaire au Président NKURUNZIZA de déclarer publiquement qu’il renonce au projet d’un troisième mandat, un projet dont le résultat n’apportera aucun intérêt ni à sa formation politique, ni au pays ni à lui-même ;

6) Le FOCODE appelle au peuple burundais à la sérénité et de ne pas céder aux manipulations sans issue, l’heure de la démocratie a déjà sonné, nous devons la vivre et la protéger.

Fait à Bujumbura, le 3 mars 2015
Denis NDAYISHEMEZA

Vice Président du FOCODE

Comments are closed.